À propos Équipe Nous joindre Menu Recherche

Responsabilités partagées

Le développement professionnel vise le changement d’attitude, de comportement ou de pratiques. Il s’agit d’une responsabilité partagée, que le développement professionnel soit individuel ou collectif.

Le développement professionnel désigne l’ensemble des transformations individuelles et collectives de compétences et de composantes identitaires mobilisées ou susceptibles d’être mobilisées dans des situations professionnelles.

Fondé sur la collaboration, le développement professionnel exige de chacun qu’il assume sa part de responsabilité et s’engage dans cette démarche d’un commun accord. Comment y parvenir? Cet esprit d’équipe n’est pas toujours facile à obtenir. Réussir à susciter l’intérêt et la participation de tous les membres d’une équipe et à assurer à la fois la présence d’un volet collectif et d’un volet individuel commande des efforts à tous les niveaux.

Responsabilités des autorités

Il revient aux autorités de faire du développement professionnel une priorité de leur organisation, d’établir un climat positif propice au changement et de fournir un appui tangible aux activités de formation continue, d’accompagnement, de réflexion, d’échange, de recherche et d’expérimentation que peut recouvrir un tel projet. Le leadership de la direction se traduira, notamment, par des incitatifs et des gratifications à l’intention des participants de même que par l’intégration du développement professionnel dans la documentation officielle (planification stratégique, projet éducatif, convention de partenariat et de gestion, plan de réussite, etc.) et dans la reddition de compte de l’organisation. Pour certains gestionnaires, favoriser l’accessibilité aux résultats de la recherche fait clairement partie de leur responsabilité. Il faut voir cependant s’ils disposent pour cela des compétences qui leur sont nécessaires.

Une organisation qui valorise la recherche, le transfert, les pratiques innovantes et l’activité réflexive encourage les membres de son personnel à assumer leurs responsabilités au chapitre du développement professionnel.

Une culture organisationnelle qui valorise la recherche, le transfert, les pratiques innovantes et l’activité réflexive encourage les membres du personnel à assumer leurs propres responsabilités au chapitre du développement professionnel : mettre à jour leur formation; se référer aux données probantes pour trouver des solutions aux problèmes qui se posent en éducation; réviser leurs pratiques afin d’améliorer la réussite éducative.

Responsabilités individuelles

Sur le plan individuel, l’appropriation et l’application des savoirs nouvellement acquis supposent une bonne dose d’ouverture et de motivation personnelle, qui peuvent varier suivant des facteurs comme la scolarité des individus, les moyens à leur disposition, l’accompagnement et le soutien de l’entourage. Le personnel qui s’engage dans une démarche de développement professionnel doit être convaincu des avantages qu’il peut tirer de l’utilisation de nouvelles connaissances et des changements à apporter dans ses pratiques de travail.

Les contraintes: parmi les freins à l’utilisation de données probantes en éducation, on note l’absence de motivation individuelle, le vaste corpus de connaissances à considérer, le manque d’habileté des utilisateurs dans l’accès aux données probantes et la difficulté d’être critique devant les résultats de la recherche.

Responsabilités des chercheurs

La participation des chercheurs à des activités de développement professionnel en éducation (activités de consultation, séminaire et atelier de discussion autour des résultats de la recherche, symposium en milieu scolaire, recherche collaborative, etc.) peut concourir à renforcer les capacités des praticiens à recevoir, assimiler et utiliser un ensemble de connaissances nouvelles. Les chercheurs ont aussi la responsabilité de fournir un éclairage sur la résolution des problèmes liés à la pratique, de diffuser leurs résultats auprès des praticiens et de les soumettre également à une forme quelconque de validation auprès d’eux.

Responsabilités des organismes de liaison et de transfert

Les rôles que jouent les organismes de liaison et de transfert pour contribuer à un développement professionnel fondé sur les connaissances scientifiques et les savoirs d’expériences sont de différentes natures : sensibiliser et intéresser davantage les utilisateurs à l’importance des données empiriques; rendre plus accessibles les résultats de la recherche en les adaptant aux différents publics-cibles; aider les organisations à se donner un plan de développement professionnel, à élaborer un processus de mobilisation des connaissances et à en évaluer l’efficacité; faciliter les échanges entre les gestionnaires et les chercheurs, par exemple.

Responsabilités des regroupements professionnels et syndicaux

Les regroupements professionnels et syndicaux du monde de l’éducation ont la responsabilité d’encourager leurs membres à développer leurs compétences et à se tourner davantage vers les résultats de la recherche. Ces regroupements sont également bien placés pour stimuler l’élaboration, la reconnaissance et la diffusion de pratiques inspirantes.

Références

J.-M. Barbier, M.-L. Chaix et L. Demailly (1994), « Recherche et développement professionnel », Recherche et formation, no 17, p. 7, http://ife.ens-lyon.fr/edition-electronique/archives/recherche-formation/web/fascicule.php?num_fas=230.

R. Landry, N. Becheikh, N. Amara, S. Ziam, O. Idrissi et Y. Castonguay (2008), La recherche, comment s’y retrouver? Revue systématique des écrits sur le transfert des connaissances en éducation, Ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport, Québec.

B. Bérubé (2005), L’accès à la recherche en enseignement et son utilisation dans la pratique : résultats d’une enquête auprès des enseignants et des enseignantes du préscolaire, du primaire et du secondaire, Conseil supérieur de l’éducation, décembre, p. 39.

S. R. Nelson, J. C. Leffler et B. A. Hansen (2009), Toward a research agenda for understanding and improving the use of research evidence, Northwest Regional Educational Laboratory, Portland.

L. Savoie-Zajc et T. Karsenti (2004), « Conclusion. Pour une formation continue à la recherche », dans T. Karsenti et L. Savoie-Zajc, La recherche en éducation : étapes et approches, Éditions du CRP, Sherbrooke, p. 257-261.

A. Cooper (2012), Knowledge Mobilization in Education. A cross-case analysis of 44 research brokering organizations across Canada, CRSH, Ottawa, p. 11-13, http://www.amandacooper.ca/uploads/RBOs_Across_Canada_AMC_FINAL.docx.