Les perspectives de l’entrepreneuriat orientant

21 octobre 2015

entrepreneuriat

Au cours de la dernière année, le CTREQ vous a proposé une série d’articles sur l’entrepreneuriat éducatif. Ces articles sont tirés des résultats d’une recherche-formation, menée dans le cadre du Défi de l’entrepreneuriat 2009-2014 de la Stratégie d’action jeunesse du Gouvernement du Québec, par Ghislain Samson, de l’UQTR, Marcelle Gingras, de l’Université de Sherbrooke, et Denis Morin, directeur-conseil à la Commission scolaire de l’Énergie [1]. 

Cette initiative visait à intégrer à la formation pratique de futurs enseignants et intervenants scolaires des stratégies d’intervention pédagogique en entrepreneuriat. Pour ce faire, une formation de trois jours a été offerte à dix-sept cohortes d’étudiants et d’enseignants maîtres associés ou de guides de stage associés à des programmes en enseignement et en orientation  dans trois universités : l’Université du Québec à Trois-Rivières, l’Université de Sherbrooke et l’Université du Québec à Rimouski (campus de Lévis). Ainsi, à l’intérieur de leur stage de fin d’études et dans le cadre de leur pratique professionnelle, les participants invitaient les élèves sous leur responsabilité à réaliser un projet entrepreneurial et orientant. Près de 3 300 jeunes du primaire et du secondaire se sont ainsi engagés à vivre diverses expériences leur permettant de structurer leur identité, de développer leur pouvoir d’action et de construire leur vision du monde. Plus de 200 projets ancrés sur des besoins et problématiques de leur communauté ont été réalisés par les élèves.

Pour l’équipe de recherche, comme pour l’ensemble des personnes qui ont participé au projet de recherche-formation, le fait d’amener les jeunes et leurs intervenants scolaires à « s’entreprendre »  est non seulement une occasion d’accomplissement de soi et de démarche vers l’autonomie. C’est aussi un tremplin pour actualiser le vivre-ensemble et la citoyenneté, la santé et le bien-être, l’environnement et la consommation. De plus, ces projets permettent  d’exploiter les contenus disciplinaires à partir des grandes problématiques des régions du Québec et d’ailleurs dans le monde.

Mille et un besoins peuvent être répondus par les élèves du primaire et du secondaire en lien avec les enjeux de l’immigration, de la cyberintimidation, de l’isolement des personnes âgées ou de l’aide internationale, pour ne donner que ces exemples. Plusieurs élèves ont orienté leurs actions vers l’environnement, le reboisement et la protection des berges, la réduction des déchets et le réemploi des matières résiduelles. D’autres ont choisi d’intervenir dans la production de biens et de services qui favorisent l’achat local et les partenariats avec les entrepreneurs du milieu. Des élèves éprouvant des difficultés ont réalisé des projets visant à répondre à des besoins spécifiques par la production de jeux et d’activités didactiques, d’activités parascolaires ou de coopération, de même que d’activités inter-cycles et intergénérationnelles.

Les auteurs de l’étude estiment qu’il faut poursuivre les travaux de recherche afin de mieux comprendre les retombées de l’entrepreneuriat sur la persévérance et la réussite des élèves ainsi que sur les conditions de pratique en milieu scolaire. Notamment, il serait opportun de vérifier la pertinence d’introduire la pédagogie à valeur entrepreneuriale dans les cours obligatoires des programmes de formation dispensés dans les différentes universités québécoises, ainsi que d’examiner les contributions d’une telle pratique par rapport au vécu personnel, scolaire et professionnel des élèves et des intervenants concernés.

Le développement de la culture entrepreneuriale dès le plus jeune âge contribuera à soutenir le développement du Québec sur les plans humains et économiques, en plus de donner le goût d’entreprendre tout au long de la vie. Pour enrichir le Québec de sa relève, la future Politique québécoise de la jeunesse devrait ainsi faire place à un axe de développement permettant aux jeunes de relever le défi « de s’entreprendre » et d’entreprendre.

Pour en savoir plus

Pour consulter les articles précédents sur l’entrepreneuriat éducatif, cliquez sur le mot-clé « entrepreneuriat » dans la colonne de droite.

 

  • [1]G. Samson, M. Gingras, D. Morin, L. Pratte, M. Morin, J. Désilet et S. Leduc (2014). La pédagogie à valeur entrepreneuriale : effets sur la réussite des élèves et les conditions de pratique des enseignants et autres intervenants scolaires. Recherche menée à l’Université du Québec à Trois-Rivières et à l’Université de Sherbrooke en collaboration avec le Secrétariat à la jeunesse, Ministère du Conseil exécutif.