Projet

Reconnaissance des Premiers Peuples au collégial : favoriser le développement socioprofessionnel des communautés autochtones par la réussite éducative 

Reconnaissance des premiers peuples au collégial

Éducation des adultes

Formation professionnelle

Post secondaire

Fort de son approche systémique et de sa gouvernance paritaire, ce projet vise à lever les obstacles à la persévérance et à la réussite des étudiantes et étudiants des Premières Nations et Inuit (PNI) au collégial afin d’améliorer leur insertion socioprofessionnelle. Menée de concert avec le Conseil en Éducation des Premières Nations (CEPN) et un ensemble de partenaires aux expertises riches et variées, cette démarche mènera à l’élaboration d’un guide pour la création de plans d'action institutionnels de sécurisation culturelle dans les établissements d’enseignement collégial.

La reconnaissance des Premiers Peuples au collégial : pourquoi ? 

Des obstacles systémiques en éducation

Le projet est une réponse aux obstacles systémiques qui marquent le parcours académique des étudiantes et étudiants des PNI. Ces obstacles – séquelles des pensionnats autochtones, racisme, microagressions, inadéquation de la formation, etc. – expliquent en partie que les taux de diplomation des PNI soient en deçà de ceux des allochtones (Statistiques Canada, 2023), et que les Autochtones soient sous-représentés sur un marché du travail pourtant vigoureux (Commission des partenaires du marché du travail, 2021). La Commission Viens (2019) a de plus clairement démontré la présence de discrimination systémique dans les services publics et rappelé l’importance d’une formation culturellement adaptée pour tous afin d’y mettre fin.  

Le rôle de l’ordre d’enseignement collégial  

Pôles de développement socioéconomique et culturel, les établissements d’enseignement collégial jouent un rôle clé dans la formation et le perfectionnement de la main-d’œuvre (Fédération des cégeps, 2023). Dans une société complexe, la diplomation au niveau d’enseignement supérieur est particulièrement critique pour l’accès à des emplois qualifiés et très qualifiés, mais les mesures mises en place par les établissements pour soutenir les étudiantes et étudiants des PNI vers la réussite s’avèrent souvent insuffisantes ou inadéquates (Mareschal et Denault, 2020). 

Comment, donc, le milieu collégial peut-il pallier ces lacunes ? Comment peut-il contribuer à combler les écarts en matière d’éducation et d’emploi entre les Autochtones et les autres groupes de la population, comme nous y invite la Commission de vérité et réconciliation du Canada (2012), tout en assurant la participation des PNI aux décisions éducatives qui les concernent ? 

Comment favoriser la réussite éducative des étudiantes et étudiants des PNI ? 

Un plan d’action institutionnel : un levier essentiel de sécurisation culturelle

Comme le démontrent les chercheuses Julie Mareschal et Anne-Andrée Denault (2020), la création d’un espace sécuritaire est une condition essentielle à l’inclusion des étudiantes et étudiants autochtones, et donc à leur persévérance et à leur réussite. La sécurisation culturelle au collégial est « une démarche institutionnelle qui implique l’ensemble des membres de la communauté collégiale, en collaboration avec des instances autochtones et allochtones concernées, et qui s’inscrit dans un processus de décolonisation et de valorisation des cultures des Premiers Peuples dans tous les champs d’activités : pédagogique, curriculaire, administratif et social » (Mareschal et Denault, 2020, p. xiii). C’est dans cette démarche d’élaboration d’un plan institutionnel que le projet en cours se propose d’accompagner les établissements participants.  

La production d’un guide au service du réseau collégial

Plus spécifiquement, le projet permettra de produire un guide qui sera mis à l’essai dans les établissements participants, puis diffusé à l’ensemble du réseau collégial.  En s’y appuyant, les établissements intéressés pourront élaborer leur propre plan institutionnel, adapté à leur réalité et aux besoins des communautés autochtones qu’ils desservent. 

Correspondant aux trois années du projet, le projet se décline en trois phases :  

  1. La coconstruction du guide et de ses annexes par l’ensemble des partenaires;  
  2. La mise à l’essai de ce guide et à la rédaction d’un plan d’action dans les cégeps participants;  
  3. L’évaluation et le bilan de l’expérimentation en vue de la diffusion du guide dans le réseau.  

Des partenaires aux expertises riches et variées 

Une gouvernance paritaire pour assurer la participation des PNI aux décisions qui les concernent

Le Conseil en Éducation des Premières Nations (CEPN), dont la mission est la prise en charge de l’éducation par les Premiers Peuples, est le partenaire principal de ce projet et participera à toutes ses étapes. 

Les gardiens des liens communautaires

Outre le CEPN, le Conseil de la Nation Atikamekw, le Centre de développement de formation et de la main-d’œuvre huronne-wendat et le Regroupement des Centres d’amitié autochtones du Québec seront aussi garants de l’adéquation entre les réalités, les valeurs et les besoins de leurs communautés et de leurs membres, et les orientations du projet.  

La collaboration interordre 

La collaboration entre divers ordres d’enseignement – centre de formation des adultes (Centre de services scolaires Chemin-du-Roy), collégial (cégep de Saint-Jérôme, cégep de Shawinigan, cégep de Trois-Rivières, et cégep Garneau) et universitaire (Université du Québec à Trois-Rivières, Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue, Université Laval) –  permettra de porter une attention particulière à l’impact des transitions interordres sur la persévérance et la réussite des étudiants autochtones.  

L’écosystème collégial 

Finalement, des organismes de l’écosystème collégial (Association pour la recherche au collégial, Centre de documentation collégiale, Fédération des cégeps, Fédération étudiante collégiale du Québec) sont appelés à offrir leur expertise par rapport à une thématique donnée ou à mobiliser leurs ressources pour contribuer à la réalisation du projet ou à la diffusion de ses résultats. 

Et le CTREQ! 

Le CTREQ assure la coordination entre les participants et les comités, la gestion du projet et la livraison finale des productions. Il participe à la cocréation des outils, et collaborera à la diffusion des résultats en mettant à contribution son réseau et ceux des partenaires du projet, afin de faire connaitre l’expérience et les outils développés aux autres établissements ou instances concernés. 

Projets similaires

Comment tirer le meilleur des résultats de la recherche collégiale afin d’améliorer la réussite éducative​

Afin d’améliorer la réussite éducative à cet ordre d’enseignement, le projet vise à concevoir un cadre de cohérence pour tirer le meilleur des résultats de la recherche collégiale. Ainsi, au terme du projet, chaque établissement participant pourra élaborer sa propre stratégie institutionnelle d’exploitation et de valorisation de la recherche collégiale en s’appuyant sur un modèle exhaustif, qui met de l’avant la cohérence systémique.
En savoir plus

Le projet Petapan : des services et des pratiques pour soutenir la réussite éducative des élèves autochtones en milieu urbain

Le projet Petapan a été réalisé dans le but de développer des pratiques éducatives novatrices qui répondent aux besoins des élèves autochtones en milieu urbain, et ce, dans un esprit de compréhension et de partage entre l’ensemble des partenaires. Le CTREQ est fier d’avoir collaboré avec les partenaires du projet Petapan pour la conception d’outils de transfert qui mettent de l’avant certains contenus clés du rapport de recherche du projet.
En savoir plus

FabLab Onaki et Nomade: une voie d’avenir novatrice pour les jeunes Autochtones

Le Centre d’Innovation des Premiers Peuples (CIPP) a mis sur pied le premier FabLab autochtone au Canada. Concept né au Massachusetts Institute of Technology (MIT), un FabLab est un espace qui offre la possibilité d’explorer différentes avenues de création et de fabrication grâce à la mise à disposition d’un lieu et de moyens modernes (imprimante 3D, ordinateurs, fraiseuse, etc.). Le CIPP a pris ce concept bien ancré dans le 21e siècle et lui a uni un volet culturel et traditionnel pour offrir aux jeunes Autochtones la possibilité de se projeter dans l’avenir, tout en renouant avec leurs racines. Le CTREQ est fier de s’être joint au CIPP pour créer un guide et des affiches pour présenter leur FabLab Onaki et Nomade.
En savoir plus