Agir dès les premiers signes

Le projet Agir dès les premiers signes vise à développer un répertoire de pratiques incontournables auprès d’élèves à risque du préscolaire et du primaire qui présentent des difficultés de comportement. Cet outil, destiné aux enseignantes du préscolaire et du primaire, propose différentes stratégies et actions précises afin de soutenir la réussite scolaire.

Ce référentiel de pratiques est le résultat d’une collaboration entre Pierre Potvin, Marie-Josée Picher, Line Massé et Nadia Rousseau, de l’UQTR, et le CTREQ.

Le projet Agir dès les premiers signes s’inscrit dans une approche préventive, complémentaire au Guide de prévention des élèves à risque au préscolaire et au primaire Premiers signes. Il vise à suggérer différentes stratégies et idées d’actions précises à poser afin de favoriser la réussite scolaire des élèves selon leur niveau scolaire.

Bien qu’il existe des guides et des outils visant l’intervention auprès des élèves à risque qui présentent des difficultés de comportement, le répertoire de pratiques proposera les aspects novateurs suivants :

  1. Il suggère des actions concrètes pouvant être réalisées par l’enseignante dans sa classe;
  2. Il vise des élèves à risque qui présentent des difficultés de comportement;
  3. Il tient compte du stade de développement des enfants (préscolaire, 1er, 2e et 3e cycle du primaire);
  4. Il s’appuie sur une démarche de recherche rigoureuse (recension d’écrits, validation auprès de milieux scolaires).

Le répertoire comprendra deux volets : les pratiques incontournables et les pratiques ciblées.

LES PRATIQUES INCONTOURNABLES

Les pratiques incontournables du répertoire seront de nature à favoriser un environnement de classe de qualité ainsi que le bon fonctionnement de tous les élèves de la classe (en groupe). La mise en œuvre de ces pratiques incontournables s’inspire du modèle de réponse à l’intervention (RAI) visant la prévention des difficultés comportementales et s’adressant à tous les élèves de la classe. Ces pratiques incontournables instaurées en classe permettront de prévenir et de repérer rapidement les difficultés de comportement puis d’instaurer des pratiques ciblées (individuelles) efficaces pour les élèves nécessitant une intervention particulière de l’enseignante. Les pratiques incontournables choisies sont : la relation enseignante-élève, le soutien à la motivation et à l’autonomie; la gestion des comportements en classe et la gestion de classe.

La relation enseignant-élève

Une relation enseignant-élève positive est un facteur de protection reconnu contre le décrochage scolaire, et ce dès le début de la scolarisation. Une relation enseignant-élève chaleureuse empreinte d’un respect mutuel apporte à l’élève un sentiment de confiance et de sécurité qui le rend plus enclin à s’engager activement dans ses apprentissages et à suivre les règles et les normes sociales de la classe. En ce sens, l’enseignant doit être sensible aux besoins des élèves en tenant compte de leur niveau de développement. Des pratiques favorisant une relation enseignant-élève positive seront décrites et opérationnalisées dans le répertoire.

Le soutien à la motivation et à l’autonomie

Le soutien à la motivation et à l’autonomie renvoie aux interactions et aux actions posées par l’enseignante en classe pour identifier, nourrir et développer les ressources motivationnelles internes des élèves (ex. : besoin de se sentir compétent, intérêts ou préférences, objectifs personnels). Lorsque ces ressources sont prises en compte et mobilisées par l’enseignante, les élèves ressentent qu’ils sont à l’origine de leurs actions et s’engagent plus activement dans les différentes activités qui leur sont proposées.

La gestion des comportements en classe

Les enseignantes sont des modèles pour les élèves. À ce titre, elles peuvent promouvoir différentes habiletés sociales et comportementales à la classe. L’établissement de relations harmonieuses dans la classe se fait entre autres par l’établissement de règles de classe. Ces règles doivent être expliquées clairement aux élèves afin qu’ils puissent répondre aux attentes et agir en conséquence. En complément, des interventions différenciées doivent être planifiées afin d’assurer une saine gestion des comportements en classe.

La gestion de classe

La gestion de classe fait référence à l’ensemble des pratiques éducatives auxquelles un enseignant a recours afin d’établir, de maintenir et, au besoin, de restaurer dans la classe des conditions propices au développement des compétences des élèves. La gestion du temps et du matériel et l’aménagement de la classe seront des composantes traitées dans le répertoire. Tout d’abord, une gestion du temps planifiée et explicitée clairement aux élèves a des effets bénéfiques particulièrement sur les élèves en difficulté. À chaque moment de la journée, les élèves savent ce qui est attendu de leur part, ce qui a pour effet de renforcer leur sentiment de sécurité. Puis, une organisation appropriée du matériel, dont l’élève a besoin pour réaliser les activités d’apprentissage, permet d’éviter les pertes de temps et d’inculquer le respect et la pérennité du matériel. Enfin, une organisation physique de la classe, adaptée aux besoins des élèves, favorise un sentiment de sécurité et d’appartenance en plus de faciliter l’encadrement pédagogique et comportemental des élèves.

LES PRATIQUES CIBLÉES

Lorsque la mise en œuvre de pratiques incontournables instaurées en classe ne suffit pas à prévenir les difficultés de comportement chez certains élèves, il y a lieu d’instaurer des pratiques ciblées (individuelles) efficaces pour les élèves nécessitant une intervention particulière de l’enseignante. Les pratiques ciblées retenues dans le répertoire concernent les difficultés de comportement le plus fréquemment rencontrées par les enseignantes, soit : l’impulsivité, l’opposition et la provocation, la peur, l’anxiété, la tristesse et l’immaturité émotionnelle.

LE RÉFÉRENTIEL

Pour chaque pratique incontournable et ciblée, l’enseignante trouvera les renseignements essentiels pour mettre en œuvre les pratiques qui répondent à ses besoins (fiches opérationnelles à imprimer, exemples concrets et opérationnels). Elle y trouvera également des éléments théoriques qui lui permettront de comprendre en profondeur les caractéristiques des pratiques à mettre en œuvre et les difficultés comportementales identifiées (connaissances issues de la recherche, savoirs d’expérience des enseignantes, liens vers des référentiels de pratiques et des programmes, etc.).

Les fiches opérationnelles seront accompagnées d’un questionnaire d’autoévaluation afin de guider les enseignantes dans la mise en œuvre des pratiques et d’assurer un suivi et des réajustements ponctuels.