Chronique d’un échec annoncé

6 février 2014

Marc St-Pierre

Ce titre pour le moindre intrigant annonce la conférence que présentera Marc St-Pierre, consultant en éducation, lors de la soirée d’ouverture du 2e Symposium sur le transfert de connaissances en éducation, qui aura lieu les 18 et 19 février prochain à l’Université Laval.

Marc St-Pierre personnifiera deux acteurs de l’éducation qui discutent de moyens pour réduire le décrochage. Deux points de vue s’affronteront. Au cours de cette joute, on sera témoin de démarches multiples, de bonnes volontés et de faux pas certains. Viendront ensuite les solutions.

Son objectif? Bousculer, provoquer et confronter les idées.

Marc St-Pierre partagera la scène avec Antoine Robitaille, éditorialiste au journal Le Devoir et animateur du symposium. M. Robitaille portera alors trois chapeaux – celui du journaliste, de l’ancien enseignant au cégep et du parent – qui lui permettront de demander des éclaircissements à Marc St-Pierre, de réagir à ses propos et de témoigner de ses expériences.

Un parcours professionnel étoffé!

Marc St-Pierre est connu pour son franc-parler. On le connait aussi pour son engagement envers l’innovation en éducation et l’accès aux connaissances. S’il est retraité depuis peu de la Commission scolaire de la Rivière-du-Nord, on ne peut certainement pas dire qu’il est retiré! Marc St-Pierre est en effet plus présent que jamais!

D’abord éducateur spécialisé et orthopédagogue au primaire, puis enseignant en cheminement particulier au secondaire, Marc St-Pierre s’est distingué très tôt par son intérêt pour les approches innovantes, se rendant aux États-Unis dans les années 80 pour acquérir une formation en apprentissage coopératif. Par la suite directeur d’une école privée pour élèves handicapés, il dira de ce passage qu’il n’a jamais vu de sa vie « autant de profs qui travaillaient avec autant de cœur ».

Marc St-Pierre a été membre du Conseil supérieur de l’éducation et a présidé la Commission de l’enseignement primaire. Il a enseigné à l’UQAM, à la TELUQ, à l’UQO et l’Université de Sherbrooke. Son « dernier emploi », c’est à la Commission scolaire de la Rivière-du-Nord qu’il l’a vécu à titre de directeur général adjoint. Depuis peu président du comité éditorial de la revue Le point sur le monde de l’éducation, Marc est aussi l’auteur d’un blogue intitulé Le dernier restaurant… avant la fin du monde : au menu : la vie, l’univers, l’école et le reste. Aujourd’hui, il est plus que jamais convaincu de l’importance et de la pertinence de l’utilisation des connaissances en éducation.