L’aide par les pairs : un rendez-vous réussi!

7 juillet 2016

aide par les pairs

Lors du 3 juin 2015, le colloque de l’Association québécoise de pédagogie collégiale (AQPC) accueillait à nouveau le Rendez-vous de la réussite. Cette année, le thème retenu portait sur les conditions d’efficacité de l’aide par les pairs.

définition aide par les pairs

Un groupe de travail

Ce sujet a été retenu en fonction d’une préoccupation commune d’un groupe de travail composé notamment par le CTREQ, le Carrefour de la réussite, l’Association pour la recherche au collégial (ARC), le Centre de documentation collégial (CDC) et le Consortium d’animation sur la persévérance et la réussite en enseignement supérieur (CAPRES).

Depuis 2013, cette collaboration avait pour but de rechercher des cadres de référence existants au Québec, ainsi que dans la littérature scientifique internationale, pour permettre d’identifier les conditions d’efficacité de différentes formules d’aide par les pairs.

Un dossier complet

Grâce à une collaboration des membres du groupe de travail, un dossier de référence sur l’aide par les pairs a été publié. Ce document propose :

  • une synthèse de la démarche du groupe de travail de laquelle il est issu,
  • des définitions de concepts (tutorat, mentorat, mesure d’aide, etc.),
  • des modèles éprouvés repérés dans la littérature,
  • des travaux et des recherches effectués au Québec,
  • des initiatives en cours dans le réseau de l’enseignement supérieur québécois.

[Consulter une infographie synthétisant ce dossier]

L’aide par les pairs : les conditions d’efficacité

La première partie de l’atelier était principalement animé par Monsieur Christian Barrette, chargé de projet pour l’ARC et membre du groupe de travail, qui a soigneusement présenté les cadres de références sur les conditions d’efficacité de différentes formules d’aide par les pairs qui sont utilisées au Québec et ailleurs, ainsi que plusieurs résultats disponibles dans le dossier de référence.

[Télécharger le PowerPoint de la présentation]

Discussions en sous-groupes

Le premier atelier a permis de mettre en lumière quelques cadres de référence utilisés (trousse du Carrefour de la réussite, modèles de Topping, Arendale, Ross et Cameron, etc.). Toutefois, le groupe de travail désirait poursuivre la réflexion avec les participants présents à l’atelier (conseillers pédagogiques, enseignants, responsables de centres d’aide, etc.), afin d’identifier des applications possibles et des obstacles présents dans leur pratique.

Voici 5 questions proposées et quelques réponses obtenues.

1. Quel élément vous interpelle le plus dans votre travail de praticien et pourquoi?

    • Déterminer la « Zone dorée » : Pour obtenir une aide par les pairs efficace, il est nécessaire de créer une bonne réciprocité entre les participants. Comment l’aidant peut-il retirer des bénéfices? Quels sont les critères pour sélectionner les participants?
    • Une triade : Certains participants suggéraient d’augmenter le nombre de participants. Certains utilisent une triade avec grand succès!

2. Que reconnaissez-vous de ces modèles dans vos pratiques? Quelle critique en faites-vous?

    • Un nouveau modèle : Les modèles présentés sont peu utilisés au Québec. L’écart entre le tuteur et le tutoré est [trop] grand. Le défi réside à motiver les « étudiants moyens » à participer aux activités d’aide par les pairs.

3. Y a-t-il des obstacles dans votre milieu?

    • L’engagement : Le personnel scolaire doit croire à ce modèle de transmission des connaissances. Il faudrait démontrer clairement les bienfaits pour susciter l’engagement des enseignants.
    • La flexibilité : Certains systèmes de recrutement et de formation pour l’aide par les pairs manquent de flexibilité. L’assouplissement des méthodes de recrutement et du choix de cours représentent des obstacles notables pour les participants.

4. Quels moyens seraient à favoriser pour nourrir votre réflexion personnelle et vous outiller?

    • Une communauté : Un répertoire de vidéoconférences, de recherches et de pratiques et des cours en ligne ont été suggérés. En d’autres mots, une petite communauté de pratique pour échanger les pratiques gagnantes.

5. Quelles suites seraient utiles pour vous et votre établissement si les travaux du groupe de travail devaient se poursuivre?

    • Ateliers : La présentation de Monsieur Barrette a suscité un tel intérêt que les participants imaginaient des journées pédagogiques supervisées par des experts.
    • Leaders : Plusieurs véhicules ont été proposés pour faire circuler l’information, tels que le Carrefour de la réussite, Performa, des centres de référence, les journées de formation, etc.

Pour en savoir plus :

Dossier de référence
Question d’implantation et d’évaluation
Médiagraphie du groupe de travail